Archive mars, 2009

La fin du crayonné approche (comme l’Apocalypse, d’ailleurs)

Écrit par francois on 30 mars 2009 | Esquisses, Millénaire |

Le crayonné de ce cinquième tome de Millénaire, interrompu inopinément par les problèmes financiers des Humanoïdes Associés, puis repris au début de l’été passé, connaîtra son aboutissement dans peu de temps. Ne restera plus qu’à encrer un certain nombre de planches et l’affaire sera close. Le scénario de Richard (D. Nolane, bien sûr) m’aura donné, à plusieurs reprises, matière à réjoussances graphiques; la séquence de combat dans les catacombes romaines ou celle de fuite nocturne (dont est tiré l’extrait de case présenté ci-dessous) m’auront offert de bons moments.

Mais que fuient donc nos héros? Sera-ce enfin l’Apocalypse qui scellera ce premier cycle et qui récompensera les lecteurs de leur inlassable patience? À voir… 

Encore une fois, les dimensions de mes planches ne me permettent pas, avec mon scanner, de numériser une case qui couvre la largeur de la feuille, comme c’est le cas pour cette dixième case de la quarante-cinquième planche. Il manque donc environ le tier de l’image. Au moins, le dessin visible ici est au format de réalisation, ce qui donne une petite idée à ceux qui croiraient que les dessinateurs travaillent tous au format d’impression (celui des albums; ce qui serait légèrement insuffisant dans mon cas, on le devine).

 

Crayonné, pl.45, case 10

Crayonné, pl.45, case 10

6 commentaires pour l'instant

Taïaut!

Écrit par francois on 27 mars 2009 | Projets variés |

Ah, aborder le sujet de l’épée, dans l’article précédent, m’a mis en appétit! Un peu d’escrime pour que la morale soit sauve… et un casse-tête iroquois pour la bonne bouche!

Des illustrations liée à mon projet passé ”Les Terres du Diable” mentionné déjà quelques fois.

Encre de Chine et aquarelle

Encre de Chine et aquarelle

 

Acrylique

Acrylique

 

Acrylique

Acrylique

Acrylique

Acrylique

2 commentaires pour l'instant

Au fil de l’épée

Écrit par francois on 25 mars 2009 | Nouvelles |

Le travail de dessinateur en est souvent un de solitaire et je ne fraie que très rarement avec le monde de la bande dessinée et avec la faune bariolée qui y évolue. Quand l’occasion m’en est donnée, je constate chaque fois qu’il y a plusieurs types d’auteurs qui, selon les cas, m’agacent, m’irritent ou m’exaspèrent (des sentiments qui constituent une dépense considérable d’énergie, j’en conviens, mais je suis encore jeune!).

Il y a évidemment ceux, très nombreux, dont le comportement est dicté par la jalousie et la bêtise épaisse. Inutile de s’attarder à cette espèce détestable qui prolifère, ce serait perdre un temps précieux et lui consacrer une attention qu’elle ne mérite nullement. “Les cons ne s’arrêtent jamais“, il avait bien raison, le père Brassens.

Il y a aussi ceux qui, auteurs eux-mêmes, s’humilient publiquement en louangeant à l’excès le talent de leurs illustres collègues, méprisant leurs propres réalisations; ceux qui ploient, qui n’ont pas plus d’épine dorsale que de respect pour les heures sans nombre qu’ils consacrent à leur art.

Et puis, pour faire bonne mesure, je n’oublierai pas de mentionner ceux qui, faute de tenter de s’élever par la mention de leurs qualités propres, définissent leur oeuvre en citant ce qu’elle n’est pas. Plusieurs auteurs québécois sont à inclure sans la moindre hésitation dans cette dernière catégorie.

Dans le numéro du magazine l’Actualité du 15 avril, on peut lire en page 55 un article consacré à Jimmy Beaulieu. Cet “agitateur” en remet une couche: à le lire, il semblerait que les éditeurs français “publient de l’heroic fantasy avec épées, donjons, jeux de rôles“. Tu parles! Par Thor, ça me fait bien rigoler! Mais qu’est-ce que c’est que ces sottises? Avant de dire n’importe quoi, il faudrait peut-être vérifier un peu la justesse de ses assertions, non? Il en va de même pour le journaliste qui signe ces lignes! Certes, Soleil fait ses choux gras de l’heroic fantasy depuis plusieurs années, Delcourt également, mais avant de fourrer tous les éditeurs dans le même sac de la honte éditoriale, il serait approprié de nuancer un tantinet. À ce que je sache, ce genre qu’est l’heroic fantasy n’occupe qu’une proportion modeste chez Dupuis, au Lombard ou même chez Dargaud. Il se publie de tout en Europe et les éditeurs de bande dessinée n’agissent pas différemment de ceux des autres champs littéraires: ils font flèche de tout bois pour élargir leur lectorat (même s’ils le fractionnent du même coup), pour répondre à la concurrence et finalement survivre.

Cette référence aux épées n’est pas la première; j’avais déjà entendu Jimmy Beaulieu au cours d’une interview, alors qu’il présentait l’une de ses oeuvres, s’empresser de préciser “qu’on n’y trouvait pas d’épée!” Cela me rappelle aussi Michel Rabagliati qui en faisait autant lors d’une entrevue, en soulignant tout de go qu’en tout cas, dans ses histoires, “il n’y avait pas de druides!

 

Honte sur moi et sur ma descendance mille fois maudite! Mon travail en bande dessinée commerciale (quel mot horrible, qu’on m’éxécute sur le champ) est marqué du fer rouge de la honte: l’image infâmante et omniprésente de l’épée honnie le voue inévitablement au charnier pestilentiel du 9ème art décadent!

Non, c’est impossible! Je ne puis m’y résoudre, tout n’est peut-être pas perdu. Pourrais-je moi aussi, après tant d’errements graphiques, créer une bande dessinée d’auteur et connaître enfin l’illumination? Oh, bien sûr, je ne m’illusionne pas; je suis réaliste et ne saurais vraiment prétendre au titre enviable d’Auteur. Pauvre mercenaire que je suis. Quelle prétention assortie d’une outrecuidance sans borne j’afficherais là. Mais après tout, à y bien songer, peut-être qu’à force d’efforts, avec un dessin tâtonnant et un symbolisme à cinq cennes (à deux balles, pour les amis d’outre atlantique), toucherai-je la grâce du bout de ma mine émoussée?

Tiens, j’essaie un peu. Juste pour voir:

 

Bon, force m’est de l’admettre: je n’atteindrai pas la félicité tant convoité et continuerai donc à louer sans vergogne crayons et pinceaux au plus offrant.

En revanche, sur un ton un tantinet plus sérieux, cette obstination de Jimmy Beaulieu à préciser constamment ce que ses bandes dessinées ne sont pas et surtout cette allusion répétitive aux épées laisse perplexe. J’ai peine à imaginer par quelle gymnastique mentale perverse et tordue on peut se convaincre que le simple fait de situer une histoire à une époque où l’arme blanche occupait une place de choix la rende systématiquement inintéressante ou invariablement destinée à un lectorat adolescent, voire simplet.

Quelques titres: Les Passagers du Vent, Les Sept Vies de l’Épervier, Les Compagnons du Crépuscule, Les Tours de Bois-Maury et la liste pourrait être infiniment plus longue; toutes des bandes dessinées où apparaissent à répétition épées, fleurets, sabres et autres coupe-choux. Je ne pense pas qu’il soit possible de mettre en doute les innombrables qualités graphiques et narratives de ces oeuvres, pas plus que le remarquable développement de la psychologie de leurs protagonistes. Il s’agit là de bandes dessinée indéniablement adultes, d’une très grande qualité et dont les personnages manient des… épées! Incroyable!!!

Et tiens, je crois opportun de rappeler ici qu’il ne suffit pas de souhaiter mettre en scène les intrications quotidiennes des couples pour faire une bonne bande dessinée: encore faut-il que l’histoire soit efficacement structurée et qu’elle soit… intéressante.

Il faut se garder de juger et cataloguer les bandes dessinées en ne tenant compte que de leur genre (western, fantastique, historique, etc.) ou de leur style (réaliste, semi-réaliste, humoristique); le traitement graphique est le support de l’histoire et ne permet aucunement de se prononcer sur la qualité de l’ensemble avant lecture.

Il y a de tout et tout n’est pas égal.

7 commentaires pour l'instant

Réchauffement 11

Écrit par francois on 23 mars 2009 | Esquisses, Reconquête |

Toujours en lien avec un grand dessin en cours de réalisation (sur lequel j’élaborerai un de ces jours), une étude de cavalière tirée de l’univers de Reconquêtes. Il s’agit encore ici d’un exercice de réchauffement matinal comme on en trouve plusieurs dans les articles précédents.

 

Crayon et feutre de couleur sur papier

Crayon et feutre de couleur sur papier

1 commentaire pour l'instant

Dessin pour vente aux enchères

Écrit par francois on 22 mars 2009 | Projets variés |

La librairie de Québec ”L’Imaginaire“, spécialisée en bande dessinée, a organisé une vente aux enchères l’an passé, dont le thème était les super-héros. Il s’agissait, en fait, de réaliser une illustration mettant en scène un super-héros ou un héros de comic book ayant marqué notre jeunesse. Outre Spiderman, qui avait su éveiller mon intérêt (et dont j’ai vendu tous mes numéros il y a quelques années, la peste soit de mon inconscience), je n’ai jamais été emballé outre mesure par les collants, aussi seyants soient-ils. Il y avait bien Hulk, aussi, que j’aimais bien, mais il risquait d’être exploité par d’autres et je désirais l’exclusivité.

Ainsi, Il m’apparut clair que le seul héros de Comics qui m’offrirait un petit moment de dessin agréable était Conan le Barbare, dont les romans m’avaient procuré de belles heures de lecture et dont j’avais apprécié la version de Buscema .

Les revenus tirés de cette vente étaient destinés à l’achat de livres pour des enfant démunis. Il semble que cette opération ait de nouveau lieu cette année; je n’ai malheureusement pas suffisamment de temps pour me prêter à l’exercice.

 

Encre de Chine et aquarelle

Encre de Chine et aquarelle

2 commentaires pour l'instant

Les Deux Rivières, autres recherches

Écrit par francois on 18 mars 2009 | Projets variés |

J’ai déjà écrit précédemment sur le projet “Les Deux Rivières” élaboré naguère avec un ami, mais qui n’eut pas l’heur de plaire aux pontes éditoriaux de l’époques. Beaucoup de besogne avait été abattue pour la préparation de cette histoire; voici d’ailleurs deux illustrations qui y sont liées.

 

Encre de Chine, aquarelle et feutre de couleur

Encre de Chine, aquarelle et feutre de couleur

 

 

Encre de Chine, aquarelle et feutre de couleur

Encre de Chine, aquarelle et feutre de couleur

 

Détail

Détail

aucun commentaire pour l'instant

Sortie des “Contes d’Outre-Tombe”

Écrit par francois on 15 mars 2009 | Nouvelles |

Un petit mot pour souligner la sortie d’un album de mon excellent confrère Jacques Lamontagne.

J’ai évoqué, dans un article récent, l’intérêt du dévoilement de la démarche créative et des nombreux travaux de recherche qui précèdent parfois la réalisation d’une oeuvre aboutie; c’est un peu à la découverte des étapes de ce processus que nous convie Jacques dans “Les Contes d’Outre-Tombe“. En effet, on y découvre des planches datant du début des années 2000, qui furent ses premiers pas dans le monde de la bande dessinée. Des échelons gravis un à un à la force du crayon. Elles sont intéressantes par leur côté semi-réaliste (ou presque humoristique dans certains cas) qui s’estompe peu à peu au fil des pages, jusqu’à atteindre un traitement qui s’approche et laisse présager celui du premier tome des “Druides“. Pour ceux que l’évolution graphique des auteurs attire tout particulièrement, c’est très intéressant et en outre, cela constitue un moment de lecture fort agréable, ce qui ne nuit nullement à l’affaire.

L’album est édité chez Les 400 Coups, dans la collection Rotor; j’ignore cependant s’il sera distribué outre-atlantique. Toutefois, pour les Européens qui souhaiteraient se le procurer, alléchés par mon modeste article, ils pourront sûrement le commander directement à l’auteur. Je ne doute pas un seul instant que Jacques, guidé par sa bonté naturelle et exemplaire, s’empressera de leur dédicacer toutes les pages se prêtant à l’exercice et agrémentera le colis -comme pour les commandes d’albums de la série Les Druides- d’un petit pot de sirop d’érable fermenté bien québécois.

Un lien vers son blog est offert dans la liste ci-contre.

 

7 commentaires pour l'instant

En attendant le printemps

Écrit par francois on 13 mars 2009 | Nouvelles |

Plaignez le pauvre dessinateur qui se voit contraint par un environnement hostile de chausser ses raquettes pour rallier son atelier aux aurores et pour en revenir -comme ici- à l’heure de la soupe du midi.

 

Joies hivernales et quotidiennes

Joies hivernales et quotidiennes

3 commentaires pour l'instant

Essai photographique

Écrit par francois on 12 mars 2009 | Projets variés |

Cette illustration, “Les Gardiens des Monts Ruamyeri N’Golé“, une huile datant de 2002, n’avait jamais été photographiée ou numérisée auparavant. Il s’agit d’un essai fait par curiosité en extérieur avec un appareil numérique. Le résultat n’est pas totalement mauvais, mais il est clair que la qualité de la définition serait insuffisante pour une utilisation imprimée de l’oeuvre. En revanche, elle convient à une présentation en ligne comme ici.

 

Huile sur carton, 2002

Huile sur carton, 2002

 

Détail 1

Détail 1

 

Détail 2

Détail 2

aucun commentaire pour l'instant

Projets délaissés 2

Écrit par francois on 10 mars 2009 | Esquisses |

Dans la série des oeuvres abandonnées en cours de réalisation figure aussi celle-ci. Il s’agit d’une illustration appartenant à la série consacrée à “La Guerre du Feu” de J.-H. Rosny Aîné, série que j’espère fortement pouvoir poursuivre un jour.

On assiste ici à l’apparition d’ennemis parmi les plus opiniâtres et les plus redoutables qu’aient eu à affronter Naoh et ses compagnons dans le roman: les Nains Rouges.

 

Esquisse (sketch), Les Nains Rouges

Esquisse (sketch), Les Nains Rouges

 

Esquisse (sketch)

Esquisse (sketch)

 

Esquisse (sketch)

Esquisse (sketch)

 

Esquisse (sketch)

Esquisse (sketch)

aucun commentaire pour l'instant

Suivant »