Archive avril, 2009

Ex-libris

Écrit par francois on 30 avril 2009 | Sans catégorie |

On peut voir ci-dessous deux ex-libris réalisés à l’occasion de la sortie d’albums de la série Millénaire. Le premier était offert au Festival international de la bande dessinée de Québec sous forme de photocopie couleur; Le premier tome de la série, “Les Chiens de Dieu“, paraissait alors. Il s’agit ici d’un scan de l’une de ces cent photocopies signées et numérotées. Malheureusement, le dessin entier n’avait pu être numérisé et il en manque donc une partie du côté droit et en bas (la lame est incomplète, sacrilège!).

Le second accompagnait le troisième tome de la série, “L’Haleine du Diable“.

 

Photocopie (original réalisé à l'encre de Chine et de couleur)

Photocopie (original réalisé à l'encre de Chine et de couleur)

 

Ex-libris numérisé (original à l'encre de Chine, encre de couleur et aquarelle)

Ex-libris numérisé (original à l'encre de Chine, encre de couleur et aquarelle)

 

Détail

Détail

1 commentaire pour l'instant

Parution de “Coeur de glace et autres histoires de demain”

Écrit par francois on 27 avril 2009 | Sans catégorie |

Le facteur apportait tout récemment mes exemplaires de “Coeur de glace et autres histoires de demain“, dans lequel apparaissent quatre planches signée de la main de votre serviteur. Un album cartonné, rigide et consistant, de format assez semblable à celui des comic books; du beau travail des éditions Les 400 coups.

Sévissent dans ce volume plusieurs confrères talentueux dont je ne citerai pas les noms ici, mais il suffit d’agrandir l’image de la couverture ci-dessous pour les connaître.

 

En ce qui concerne mes planches, il s’agit de matériel datant de 1990, donc bourré de défauts plus évidents et impardonnables les uns que les autres. L’histoire s’intitule “Je suis d’ailleurs“, une bande réalisée au pinceau et à la plume. On a quelque peu insisté en me tordant quelque bras(…) pour que je cède ce péché de jeunesse, car je ne considérais pas que ce fût réellement digne d’intérêt et surtout que cela méritât les honneurs de l’impression. Bon, il est trop tard et je devrai vivre avec ce poids. Toutefois, hormis ces planches honteuses que je signai naguère dans un moment d’égarement éthylique et qui dépareillent un tantinet l’ensemble, le résultat est très professionnel et mérite le détour. Pécipitez-vous!

 

Couverture de Denis Rodier

Couverture de Denis Rodier

 

Case extraite de "Je suis d'aileurs", 1990

Case extraite de "Je suis d'aileurs", 1990

aucun commentaire pour l'instant

Fin imminente du crayonné

Écrit par francois on 24 avril 2009 | Esquisses, Millénaire, Nouvelles |

On me pardonnera sûrement cette présence discrète des derniers jours dont se désolent des hordes de lecteurs et lectrices inconsolables, car la raison en est noble: moucher ma morveuse progéniture, essayer de dormir à l’occasion et accessoirement, terminer le crayonné du cinquième tome de Millénaire, “L’Ombre de l’Antéchrist“. Ce sera chose faite la semaine prochaine et le travail d’encrage en série commencera alors.

Ci-dessous, la neuvième case de la 51ème planche.

 

Crayonné, case 9, planche 51

Crayonné, case 9, planche 51

3 commentaires pour l'instant

Quelques étapes de réalisation

Écrit par francois on 19 avril 2009 | Sans catégorie |

J’ai déjà présenté quelques études, recherches et esquisses de mon projet intitulé “Les Terres du Diable“, élaboré en 2001; voici un aperçu des étapes de la réalisation d’une illustration qui y était liée. Elle n’a jamais été terminée, mais le fait de n’être pas complétée permet d’en apprécier partiellement le processus créatif.

 La première étape se résume par le griffonnage de plusieurs ébauches très simples qui se succèdent jusquà l’aboutissement final que constitue l’esquisse définitive (ci-dessous) où sont déterminées la composition, la disposition des divers éléments et souvent les teintes générales.

 

Esquisse (sketch)

Esquisse (sketch)

 

Après avoir exécuté le dessin au crayon sur la toile (dessin basé sur l’esquisse présentée ci-dessus), une première couche de couleur transparente est appliquée. Il s’agit d’huile diluée qui sert à établir les zones colorées et à en déterminer la tonalité, à préciser l’intensité future des contrastes. Il y a peu de finesse dans cette étape, la peinture est répandue grossièrement, puisqu’elle servira de guide lors de l’application de la couche plus épaisse qui suivra et sous laquelle elle disparaîtra. Cette première couche de couleur liquide apparaît bien ci-dessous.

Première couche, (first "coat")

Première couche, (first "coat")

 

Vient ensuite la seconde couche, en pâte plus épaisse, qui met en place les volumes et les dégradés principaux. C’est presque uniquement la chair qui est traitée dans les exemples visibles ci-dessous, le traitement contraste d’ailleurs avec la première couche qui s’en distingue aisément. Cette seconde couche sera elle-même retravaillée ensuite lorsque viendra la dernière couche, ultime intervention où tous les détails, tous les plus infimes ajustements, seront réalisés. Cette étape n’apparaît malheureusement pas sur cette oeuvre non terminée qui avait été abandonnée alors que d’autres projets retenaient mon attention.

Application de la seconde couche de couleur

Application de la seconde couche de couleur

 

Seconde couche (huile sur toile)

Seconde couche (huile sur toile)

Seconde couche (huile sur toile)

Seconde couche (huile sur toile)

5 commentaires pour l'instant

Vieilles croûtes

Écrit par francois on 14 avril 2009 | Projets variés |

En dépoussiérant le dessin de l’article précédent, j’ai trouvé ces deux reliques datant de 1989 et 1991; le voyageur stellaire me plaît encore et n’a pas trop mal vieilli, mais l’autre illustration, la Taverne, en revanche, pèche par mille défauts. En plus, y apparaît un barbare tout droit sorti d’un gym de culturistes: anachronisme que j’ai décrié dans d’autres articles et que j’évite désormais.

 

Acrylique sur carton, 1989

Acrylique sur carton, 1989

 

Gouache sur papier, 1991

Gouache sur papier, 1991

2 commentaires pour l'instant

Lapine anachronique

Écrit par francois on 12 avril 2009 | Projets variés |

J’ai eu beau chercher dans mes fiches, cartons, cahiers ou tablettes, je ne suis pas arrivé à mettre la main sur le moindre dessin de lapin de Pâques. Je n’ai trouvé que cette curieuse lapine anachronique, datant de 1991, qui puisse évoquer -mais de si loin- le célèbre rongeur pascal.

 

Encre de Chine sur papier, 1991

Encre de Chine sur papier, 1991

4 commentaires pour l'instant

Lectrice exigeante

Écrit par francois on 9 avril 2009 | Nouvelles |

Un petit clin d’oeil du confrère Denis Rodier…

 

aucun commentaire pour l'instant

Bakalach 2

Écrit par francois on 9 avril 2009 | Projets variés |

On constate, sur certaines de ces études de personnages, la tendance au réalisme qui se manifestait indépendamment de ma volonté, le naturel qui revenait au grand galop malgré une intention initiale de donner dans le semi-réalisme (lire l’article précédent “Bakalach 1″).

 

Encre de Chine et feutre

Encre de Chine et feutre

 

Encre de Chine et feutre

Encre de Chine et feutre

 

Encre de Chine et feutre

Encre de Chine et feutre

 

Encre de Chine et feutre

Encre de Chine et feutre

3 commentaires pour l'instant

Bakalach 1

Écrit par francois on 8 avril 2009 | Projets variés |

Aprè une petite interruption bien involontaire, quelques études de personnages liées à un projet que j’avais commencé à préparer en 2002, avant que les Humanoïdes Associés ne me proposent de mettre en scène Millénaire. L’histoire avait pour cadre la Guerre de 39-45, une période qui m’a toujours tenté sans que j’aie eu à ce jour la possibilité de m’y attaquer. On y suivait un jeune Russe, Semion Bakalach, affligé d’une malformation à la main droite mais doté d’une volonté indestructible, qui allait traverser les grands tableaux de ce conflit pour retrouver sa soeur enlevée par un colonel allemand dès les premiers jours de la pénétration nazie en Russie (opération “Barbarossa”, fin juin 1941). Prévue en trois ou quatre tomes, l’histoire se terminait dans le port de Bombay, le 14 avril 1944, alors que le “Belray” qui y mouillait, est détruit par une incroyable explosion.

Je garde ce scénario au frais dans un tiroir; qui sait si un jour je n’aurai pas la possibilité de m’y replonger et de le retoucher pour le proposer derechef.

Graphiquement, j’avais opté initialement pour un style plutôt semi-réaliste, les dessins présentés ci-dessous en sont un exemple assez probant; je me disais que certaines séquences en lien avec les épisodes les plus épouvantables de cette périodes seraient quasi insoutenables si elles étaient présentées de manières trop explicite, trop réaliste. Un ton légèrement décalé graphiquement pourrait permettre de mieux servir certains passages et de les rendre plus “supportables”. Mais rapidement, comme le prouveront les études du prochain article, le naturel m’a rattrapé et bien involontairement, le traitement s’est peu à peu modifié en s’orientant vers quelque chose d’un peu plus réaliste. Je suppose que si j’avais poursuivi, je me serais retrouvé avec une bande dessinée carrément réaliste! Mais bon, peut-être pas; qui sait si, subissant l’entraînement de la chose commencée, je n’aurais pas persévéré? Sans doute ne le saurons-nous jamais…

 

Encre de Chine et feutre

Encre de Chine et feutre

 

Encre de Chine et feutre

Encre de Chine et feutre

 

Encre de Chine et feutre

Encre de Chine et feutre

 

Encre de Chine et feutre

Encre de Chine et feutre

aucun commentaire pour l'instant

Achtung!

Écrit par francois on 1 avril 2009 | Millénaire, Nouvelles |

Je recevais dernièrement une édition “étrangère” de Millénaire, objet propre à éveiller ma curiosité et pas qu’en raison de mes lointains ancêtres germaniques. En plus du danois, du néerlandais et de l’italien, les aventures de Raedwald le Saxon sont aussi traduites en allemand. Les albums édités chez Bunt dimensionen présentent peu de différences avec les originaux français, si ce n’est le format qui est légèrement inférieur, l’ajout de biographies des auteurs, ainsi que d’un dessin à la fin.

Je trouve amusant de comparer les dialogues dans les différentes traductions et de constater quelles sont les langues auxquelles les bulles initiales suffisent et celles qui nécessitent des ajustements. Sur ce dernier point, l’allemand se satisfait tout à fait des mêmes phylactères que la langue de Molière.

Un ex-libris (réalisé à titre gracieux par le dessinateur…) accompagnait le tome 2; il apparaît en bas, en quatrième position.

 

Tome 1

Tome 1

 

Tome 2

Tome 2

 

Dialogues

Dialogues

Ex-libris

Ex-libris

aucun commentaire pour l'instant