Archive novembre, 2009

Études

Écrit par francois on 29 novembre 2009 | Esquisses, Reconquête |

Chacun des personnages apparaissant sur la couverture (ou en quatrième de couverture) aura droit à son esquisse. Je travaillais ici sur la cavalière et sa monture. De l’étude présentée ci-dessous, ne sera retenu que le visage tourné vers nous. Il faut qu’elle tienne les rênes, ne serait-ce que d’une main; le contraire serait difficilement justifiable vu la précarité apparente de son destrier, juché sur un rocher (qui sera d’ailleurs remplacé, au final, par les vestiges d’un temple antédiluvien).

 

Feutre à pointe fine sur papier

Feutre à pointe fine sur papier

 

Sur la suivante, ci-dessous, la guerrière aura besoin d’un ajustement au bras tenant le glaive: l’insertion du deltoïde est trop basse par rapport à son autre épaule et le geste manque de dynamisme. Il y aura quelques autres petites améliorations à apporter ici et là.

Quant au cheval, il a l’arrière-train trop faible et un défaut au bas de la cuisse, qui est décallée par rapport au grasset. Toutes choses qui seront évidemment corrigées sur la toile, n’ayez aucune crainte.

 

Crayon sur papier

Crayon sur papier

 

Crayon sur papier

Crayon sur papier

Crayon sur papier

Crayon sur papier

2 commentaires pour l'instant

L’affaire du Chien Mort

Écrit par francois on 28 novembre 2009 | Sans catégorie |

Ce matin, me permettant une petite pause du travail, je sortis aspirer une petite bouffée d’air pur et j’en profitai, pinceau à la main, pour tirer le portrait à une souris que notre matou familial avait eu la générosité d’abandonner près de l’atelier. Brave bête. C’est un prédateur redoutable dont le tableau de chasse bien garni compte rats, mulots, campagnols, gerboises, écureuils, belette et même une chauve-souris.

 

Encre de Chine sur papier (pinceau)

Encre de Chine sur papier (pinceau)

 

Cet exercice graphique en a rappelé un autre à mon souvenir; est alors remontée à la surface de ma mémoire l’image du Chien Mort. Cette histoire remonte à 1989, époque lointaine où j’habitais à Rivière-du-Loup pour cause soit-disant d’études collégiales qui n’en avaient que le nom (je préférais de loin créer mes petits dessins personnels que m’astreindre à réaliser les travaux imposés dans les cours (que je ne fréquentais guère, par ailleurs)).

Bon, toujours est-il qu’avec un ami, dont je tairai le nom ici (il ne tient peut-être pas à ce que ses folies de jeunesse resurgissent maintenant et viennent le hanter alors qu’il est rangé et père de famille), nous avions trouvé un chien noir qui avait été visiblement heurté par quelque véhicule. Plaçant l’animal dans une boîte de carton, nous l’emportâmes sans hésiter, nous réjouissant à l’avance des heures de croquis (de nature morte) que l’innocent canidé allait nous procurer. Après avoir usé et abusé du quadrupède morfondu, nous décidâmes, d’un commun accord, de l’installer confortablement sur le rail de la voie ferrée afin de vérifier la justesse de nos théories: le train allait-il s’arrêter devant le cadavre ou dérailler? L’animal serait-il projeté au loin ou coupé en deux? Ce fut cette dernière alternative qui se révéla exacte.

 

Encre de Chine et acrylique sur papier, 1989

Encre de Chine et acrylique sur papier, 1989

 

Au cours des jours et semaines qui suivirent, je revins croquer sur le vif l’évolution des choses. Ça ne s’arrangeait pas vraiment pour le Chien, dont l’arrière-train disparaissait et revenait au gré des humeurs de je ne sais quel facétieux charognard. Ce qui pourrait paraître morbide et d’un goût douteux, était en fait motivé par la curiosité et par un intérêt pour la modification des couleurs et des textures au fil du temps et des intempéries. Le malheureux cabot était devenu quasi méconnaissable, comme en font foi les quelques croquis présentés ci-dessous.

 

Crayon et aquarelle sur papier, 1989

Crayon et aquarelle sur papier, 1989

 

Encre de Chine, crayon et aquarelle sur papier, 1989

Encre de Chine, crayon et aquarelle sur papier, 1989

 

Encre de Chine, crayon, aquarelle sur papier, 1989

Encre de Chine, crayon, aquarelle sur papier, 1989

 

Encre de Chine, crayon et aquarelle sur papier, 1989

Encre de Chine, crayon et aquarelle sur papier, 1989

 

À ceux que révolterait cet usage impie d’un pauvre toutou qui n’avait rien demandé à personne, je réponds: estimez-vous heureux que je n’aie pas eu un corps humain à ma disposition.

6 commentaires pour l'instant

Autre esquisse

Écrit par francois on 27 novembre 2009 | Esquisses, Reconquête |

Suite à une conversation téléphonique avec l’Éditeur, au cours de laquelle ce dernier m’a exposé ses préférences en matière de couverture, j’ai griffonné cette autre proposition. Cette nouvelle mouture, cette variation sur un thème récurrent, résulte des précisions apportées par mon interlocuteur quant aux contraintes et aux risques commerciaux propres à certains points de vente. Des lieux dont l’importance stratégique ne doit nullement être dédaignée et dont la clientèle pourrait s’offusquer au spectacle d’un sein qu’elle ne saurait voir (ou pire: de deux! Et encore pire: de deux… gros! Aïe!).

 

Il s’agit donc ici d’un mélange de quelques éléments apparaissant dans des esquisses précédentes et d’une cavalière présentée de la tête aux pieds (ou plutôt aux sabots). Assez traditionnel comme composition, j’en conviens. Mais je l’ai déjà écrit: pour ce qui touche la couverture, je me plie sans trop rechigner aux demandes de l’Éditeur, qui connaît mieux que moi les divers marchés qu’il traite. Et puis, mieux vaut jouer de prudence pour un premier tome, quitte à lâcher du lest une fois que la série aura pris son envol.

Évidemment, comme dans les cas précédents, tout les éléments du dessin sont sujets à remaniements et ajustements. Tout cela est griffonné fort rapidement et l’exercice sert davantage à établir la composition qu’à trouver la position et la posture idéales des personnages et animaux. Ainsi, par exemple, il n’est pas du tout certain que la cavalière conservera une position aussi statique; elle brandira probablement son glaive avec un peu plus de vigueur et de dynamisme. Tout comme sa monture qui se câbrera sans doute avec un brin plus de conviction.

 

Encre de chine sur papier (pinceau et feutre)

Encre de chine sur papier (pinceau et feutre)

 

Il n’est pas certain qu’il y aura une seconde partie du dessin en quatrième de couverture, mais je l’ai essayée afin d’avoir une idée de l’effet produit. Ça pourrait être bien…

 

Encre de Chine sur papier (feutre et pinceau)

Encre de Chine sur papier (feutre et pinceau)

aucun commentaire pour l'instant

Détail irritant

Écrit par francois on 21 novembre 2009 | Reconquête |

J’ai présenté, dans l’article précédent, une esquisse de couverture qui a donné lieu à un petit échange épistolaire entre Sylvain Runberg (et non Nuremberg, comme d’aucuns pourraient le croire), mon acolyte sur Reconquêtes, et moi-même. Je le copie ci-dessous, prouvant, si cela était nécessaire quel degré de conscience professionnelle atteignent parfois les auteurs dans leur recherche de l’exactitude et du réalisme…


Sylvain:

- « Ça n’arrête pas donc ! :) J’ai vu ton nouvel essai de couverture. Elle me plaît aussi, c’est du bien beau travail, mais elle ne me plaît pas forcément plus que l’autre en revanche. Je dirais que celle-ci est peut-être plus efficace (ça se discute évidemmennt) mais peut-être que la première est plus originale dans sa construction.Sur la nouvelle, j’aurais deux remarques/suggestions : la première, effectivement ne pas lésiner sur les marques, les blessures et le sang du personnage en premier plan, qu’on marque bien qu’il s’agit ici d’une guerrière dont le corps souffre des combats qu’elle livre. C’est aussi une manière de marquer le réalisme que l’on veut associer à notre série.Ensuite, c’est une question de morphologie pure. La protection qu’elle porte sur les épaules et sur sa poitrine se termine pile poil (désolé ;) sur ses tétons. Et comme elle semble nue sous la protection et que celle-ci n’est pas arnachée à ce niveau, ça crée donc des frottements sur une zone hautement sensible, dont on peut imaginer qu’au bout de quelques heures de mouvement elle devienne la proie d’irritations difficilement supportables, même pour une Sarmate ;) Donc à mon sens, soit les tétons sont à l’air, soit la protection doit être un peu plus étendue. »




François:

- « Ah ah, on voit que tu t’y connais en la matière! Je te donne entièrement raison sur ce point sensible…

Mais il y a aussi l’appât qui compte! L’appât que constitue le jeu qui consiste à en montrer juste assez et à ne pas trop en cacher! à souffler au lecteur qu’il lui suffirait de si peu de chose pour en voir davantage, comme de tourner la page et… le tour est joué!

La couverture obéit à des règles qui transcendent celles qui régissent les planches. Des règles adaptées à un monde impitoyable: celui du marché.

Tu sais, moi qui suis assez à cheval (que veux-tu, les jeux de mots et moi…) sur l’exactitude historique, je lâche un peu la bride quand il s’agit de la couverture; il FAUT amener l’acheteur potentiel à prendre l’album en mains! Pour cela, tous les coups sont permis, ou presque. Même de jouer un tantinet avec le respect d’une certaine véracité historique.

Mais je ne dénuderai pas complètement sa poitrine.

Commercialement, cela réduirait le nombre de client(e)s possibles. C’est Catherine qui m’avait fait la remarque, il y a déjà un bon bout de temps, à propos d’une ébauche très rapide de couverture où la guerrière apparaissait les seins au vent (pour ne pas dire les boules à l’air, comme on le dit parfois ici) et bien en vue au premier plan. J’en avais glissé un mot à Pôl et il confirmait qu’en ce qui concerne la couverture, il serait plus judicieux de conserver une once de pudeur bien placée.

Bon, nous verrons ce que dira l’éditeur à propos de ces esquisses et je te promets d’étudier la question si celle-ci est retenue.

Mais je m’étonne tout de même que tu n’aies pas su que ces plaques pectorales étaient soigneusement matelassées de douce laine d’agnelet, pour un plus grand confort sur le champ de bataille et à la maison.

Ah, tu parles, ces scénaristes!… Que deviendraient-ils si les dessinateurs n’étaient pas là!! »


Sylvain:

- « Alors, s’il y a une matelas de douce laine d’agnelet, que dire de plus ? ;)

Mais je pense que Catherine a raison (et mon amie remarque aussi ce genre de choses quand elle passe en librairie en France). La nudité (ou semi-nudité) n’est aujourd’hui certainement pas un gage d’un surplus de lecteur (à part pour quelques frustrés demeurés à qui on ne s’adresse pas particulièrement ;), ça pourrait être même l’inverse, puisqu’en plus, aujourd’hui, de plus en plus de lecteurs sont des lectrices.

Après si c’est justifié, il ne faut pas non plus se censurer. Mais je suis d’accord qu’une poitrine féminine dénudée dans un décorum guerrier en couverture pourrait à froid porter préjudice à ce qu’on fait, et nous associer à ces titres proto-adolescents et bas de gamme (même si leurs auteurs ont parfois un âge bien mûr :) où des personnages masculins habillés chaudement des pieds au front côtoient des héroïnes qui sont elles en strings et soutient gorges rikiki (mais toujours à fortes poitrines), malgré le blizzard montagnard ou le froid spacial dans lesquels tout ce beau monde est censé évoluer ! :) Chez nous au moins, il fait chaud et tout le monde fait en sorte de s’aérer comme il se doit, guerriers comme guerrières :) !

Mais voyons voir ce que dit notre éditeur et on pourra aviser en temps voulu ! :) Cela dit, je le répète, tout ceci est très beau !


Encres de Chine et de couleur

Encres de Chine et de couleur

4 commentaires pour l'instant

Couverture, nouvelle esquisse

Écrit par francois on 18 novembre 2009 | Esquisses, Reconquête |

Une autre esquisse pour la couverture du tome 1 de Reconquêtes. Je privilégie une économie de moyens à ce stade du processus; parce que, d’abord, un dessin comme celui-ci, même en noir et blanc, permet de se faire aisément une idée de ce que pourrait être le résultat final et aussi parce que je n’aime pas travailler pour rien ou travailler plus que nécessaire. Il est clair, en présentant plusieurs esquisses, qu’elles seront toutes refusées sauf une et donc, à quoi bon passer trop de temps sur chacune? Je fignolerai celle qui emportera l’adhésion de l’éditeur.

 

Dans une ébauche comme celle-ci, rien n’est définitif, chaque élément est sujet à un ajustement. Cet exercice ne sert qu’à déterminer la composition générale. Par exemple, on sait qu’il y aura certainement un cheval plus défini à gauche, mais il est beaucoup moins certain qu’il sera dans cette position. Même commentaire pour l’éléphant, qui pourrait être modifié, ainsi que pour le personnage de l’avant-plan qui pourrait tenir son épée autrement (j’aime bien les épées, soit dit en passant, l’avais-je déjà écrit? De toute façon il est toujours bon de le rappeler. Pardon? Il s’agit plus précisément d’un glaive? Oui, je sais, mais honnêtement, je ne suis pas très regardant).

Comme dans le cas précédent, la typo n’a absolument rien de définitif; c’est une pure invention spontanée de ma part et elle ne sert qu’à occuper l’espace qui pourrait lui être destiné, afin de donner un air plus réaliste à l’ensemble.

 

Encre de Chine sur papier (pinceau et feutre)

Encre de Chine sur papier (pinceau et feutre)

12 commentaires pour l'instant

Esquisses de couverture

Écrit par francois on 13 novembre 2009 | Esquisses, Reconquête |

L’heure de la couverture du premier tome de Reconquêtes est venue; il est temps pour moi de pondre quelques esquisses afin de déterminer quels seront les thèmes qui auront l’heur de plaire à l’éditeur. Cela étant fait, je reprendrai le crayon afin de réaliser deux ou trois griffonnages plus poussés parmi lesquels l’élu sera choisi.

Voici donc les premières idées jetées rapidement sur le papier, sans trop de réflexion, pour que le résultat de l’exercice soit spontané. C’est ensuite que je me creuserai davantage la cervelle en travaillant sur les différents éléments de composition, de palette, de lumière, de position des personnages, etc.

Les esquisses sont reproduites ici au format de réalisation. Le style du lettrage n’a rien de définitif: je ne l’ai créé que pour occuper l’espace afin que les proportions du dessin soient plus près de la réalité et donnent une idée plus juste.

 

Encre de Chine sur papier (feutre et pinceau)

Encre de Chine sur papier (feutre et pinceau)

 

Crayon et feutre sur papier

Crayon et feutre sur papier

5 commentaires pour l'instant

Le retour des Druides

Écrit par francois on 7 novembre 2009 | Nouvelles |

Précipitez-vous séance tenante, illico, sans plus tarder, dans la librairie la plus proche pour mettre la main sur le cinquième tome des « Druides » du confrère Jacques Lamontagne!

Peu au fait des nouveautés, j’ignorais sa parution il y a peu de temps et ne l’ai donc pas signalé, mais il est certain que je molesterai le libraire du village le plus près afin qu’il en commande, si ce n’est déjà fait. Oui, je sais, il n’y a pas d’épée sur la couverture, rien qu’une hache (remarquez qu’il n’y a d’épée sur aucune des couvertures de Millénaire…). Ça m’a inquiété tout d’abord, comme vous sans doute, mais je me suis ravisé: étant certain que Jacques aura pris soin de disséminer quelques lames au gré des pages. Histoire, quand même, de ne point céder à la pression exercée par les bien-pensants.

J’aurai donc, sans trop attendre, à écumer les sites des collègues et amis pour m’assurer que rien ne m’est passé sous le nez sans que j’en aie connaissance. Ce serait dommage de taire les qualité et l’excellence de leur travail.

 

3 commentaires pour l'instant

Essais de coloration

Écrit par francois on 4 novembre 2009 | Millénaire |

Ci-dessous, le travail de malheureux élèves soumis au joug de mon frère, qui tente tant bien que mal de leur inculquer ce qu’il convient de savoir lorsque l’on a pour ambition d’oeuvrer dans le monde du multi-média. Ils devaient réaliser la coloration d’une case tirée de la planche 5 du cinquième tome de ma série, Millénaire.

Apparaissent donc, ci-dessous, certains de ces essais, mais aussi la véritable coloration, celle de l’album. La trouverez-vous?

 

Coloration 1

Coloration 1

 

Coloration 2

Coloration 2

 

Coloration 3

Coloration 3

 

Coloration 4

Coloration 4

 

Coloration 5

Coloration 5

 

Coloration 6

Coloration 6

 

Merci à ces élèves courageux pour l’honneur rendu à mon dessin. Il n’était évidemment pas possible de mettre en ligne tous les travaux; j’ai laissé le hasard désigner les -heureux?- élus.

8 commentaires pour l'instant

Crayonnés

Écrit par francois on 3 novembre 2009 | Esquisses, Reconquête |

Tenez, juste comme ça, en passant, avant d’aller dîner, quelques études de postures et expressions crayonnées pour des cases de Reconquêtes.

 

Crayon sur papier

Crayon sur papier

 

3 commentaires pour l'instant

Dekessé?

Écrit par francois on 3 novembre 2009 | Nouvelles |

Le collègue Denis Rodier ( et une complice qui m’est inconnue, Rose Beef ) sévira bientôt à Montréal; si je n’étais si loin, je serais de la fête.

Au cas où il vous serait possible de vous rendre au lancement de « l’Encyclopédie Dekessé », sachez qu’un grand brasier de joie sera allumé pour clore l’événement et que vous êtes priés d’apporter vos romans graphiques, bandes dessinées d’auteurs et feuilles de chou diverses pour un sympathique nettoyage par le feu.

Un groupe se mettra en chasse sous peu afin de débusquer un auteur autobiographique borné susceptible d’égayer comme il convient cette fin de soirée (des tomates déliquescentes et des oeufs putrescents seront distribués gracieusement à cette fin).

Je reparlerai sûrement de l’oeuvre elle-même lorsque j’aurai pu mettre la main dessus.

 

20 commentaires pour l'instant