Archive décembre, 2012

Le coeur sur la main (de fer, dans un gant de poil d’orignal nouveau-né)

Écrit par francois on 14 décembre 2012 | Reconquête |

Je ne sais trop pourquoi, on dirait que le logiciel débloque complètement: impossible, malgré mes efforts répétés et opiniâtres, d’ajuster le format du lettrage de ce texte. Même les images déconnent. Tant pis, le tout se lit malgré ces petits désagréments visuels qui valent mes compliments chaleureux aux braves qui auront saigné des yeux pour arriver au bout de ces lignes.

Un lecteur me soumettait quelques questions que vous trouverez dans les commentaires liés à l’article précédent. Je copie ici mes réponses afin que le plus grand nombre puisse bénéficier de leur sagesse, aussi profonde que mon désintéressement. Preuve irréfutable, s’il en fut, d’un phénomène dont vous êtes tous désormais coutumiers: moi, j’ai le coeur sur la main (de fer, dans un gant si doux d’orignal nouveau-né).

1- Ce sympathique lecteur, que je salue au passage, souhaitait que je lui livre “certains de mes secrets d’encrage” afin d’atteindre une finition digne de mes réalisations:

Il n’y a pas de secret, hélas: si la qualité du matériel revêt une certaine importance, elle ne représente qu’un pourcentage infime dans le résultat final. Comme dans le cas du dessin crayonné lui-même, c’est l’oeil, la main et le travail qui font toute la différence. La qualité est une plus-value, si j’ose dire.

La “finition digne de mes réalisations” dépendra bien davantage de l’ouvrier que de ses outils (qu’il pourra accuser à loisir en cas d’insatisfaction; ils encaisseront docilement, tête baissée comme de bons esclaves qu’ils sont).

 

2- Le type de pinceau utilisé l’intéressait aussi:

Quant au type de pinceau, c’est un peu compliqué: j’habite en région éloignée (des grands centres urbains) et n’ai souvent, de ce fait, accès qu’à du matériel bien ordinaire ou de qualité quelconque. Bien sûr, je fais quelques provisions lorsque je passe en ville, mais autrement, en cas de pénurie, je me contente de ce que je trouve et cela peut être du pinceau synthétique fabriqué en Asie autant que du naturel venu des États-Unis.

À titre indicatif, je peux néanmoins préciser que je porte une certaine préférence au Windsor et Newton anglais en martre naturelle lorsque j’en trouve (regrets sincères pour les petites bêtes qui y laissent une partie de leur pilosité,  elles la sacrifient pour une noble cause).

 

3- Et côté papier:

Le papier varie aussi. Il est choisi en fonction du travail à réaliser; le grain (lisse, texturé ou autre) permettant tel ou tel autre effet. Il n’y a donc pas de réponse unique.

Pour les effets d’aquarelle bien sentis, le Arches est le meilleur à mon humble avis. Malheureusement, il est aussi assez cher (au Québec, du moins). Encore une fois, à titre d’exemple et de référence, je peux préciser que celui utilisé pour Reconquêtes en ce moment est le Fabriano, un papier italien un peu moins onéreux que le précédent (un détail à considérer lorsque l’on a 54 planches à pondre). On l’achète en feuilles individuelles ou en rouleau. Il me permet généralement d’obtenir ce que je souhaite pour les planches en couleur directe. Dans son cas aussi, le boulot à abattre suppose la distinction du bon grain (de l’ivraie).

 

Encrage; encre de Chine sur papier.

Encrage; encre de Chine sur papier.

 

 

Encrage: encre de Chine sur papier.

Encrage: encre de Chine sur papier.

 

 

Coloration; couche de fond à l'acrylique sur papier.

Coloration; couche de fond à l'acrylique sur papier.

13 commentaires pour l'instant

Les quatre fers en l’air

Écrit par francois on 8 décembre 2012 | Reconquête |

Encrage complété: il s’agit d’un dessin réalisé simplement pour le plaisir, sans autre bonne raison, mais celle-là suffit largement. La mise en couleur viendra plus tard, quand l’envie m’en voudra bien prendre.

Cette Sarmate captive, exposée les quatre fers -et les deux fesses- en l’air, passerait sûrement un quart d’heure plus ou moins agréable si ses congénères déterminées ne rappliquaient fissa.

Mille excuses, encore une fois: même photographié en plein soleil, le blanc du papier apparaît beige-grisâtre à l’écran. Une prochaine fois, j’essaierai le flash en intérieur pour voir un peu.

 

Encre de Chine sur papier.

Encre de Chine sur papier.

 

 

Détail

Détail

8 commentaires pour l'instant