Rendez-vous international de la BD de Gatineau

Écrit par francois le 26 octobre 2008 | Nouvelles |

Les feuilles mortes se ramassent à la brouette et rappellent à mon souvenir le Rendez-Vous International de la BD de Gatineau où je me rendais il y a un an. Si d’aventure quelque auteur invité, au dernier moment, tournait encore autour du pot en se demandant s’il est bien sage de se taper tous ces kilomètres (il est vrai que je partais de la Gaspésie, ce n’est franchement pas la porte à côté), je ne saurais mieux faire que lui interdire toute hésitation, car ce festival est tout ce qu’il y a de sympathique et de convivial.

Évidemment, ça ne se vérifie pas toujours, mais dans ce cas-ci oui: à défaut de mille mots, l’image vaut bien quelques lignes. Je m’en voudrais de ne point en faire bénéficier mon public (nombreux), car elle transmet prodigieusement bien la nature de l’ambiance régnant en permanence à Gatineau. On constate d’ailleurs ci-dessous que les séances de dédicace s’y déroulent dans une bonne humeur générale et contagieuse, propre à graver d’impérissables souvenirs. Courez-y!

Bon, je le reconnais: je suis un peu à la dernière minute avec mes recommandations, puisque le Rendez-vous de Gatineau est sur le point de se terminer, mais c’est l’intention qui compte, dit-on et ça vaudra pour les prochaines années!

4 commentaires pour l'instant

4 réponses to “Rendez-vous international de la BD de Gatineau”

  1. kofuskay

    Foutrailles

    J’aurais ardemment désiré participé à ce moment festif mais la présence inopportune d’une légère flaque d’eau que l’on nomme océan Atlantique m’en a empêché à mon corps défendant.

    J’attends vivement et avec une pointe de fébrilité votre venue dans notre charmante contrée de France (si l’on y enlève les habitants selon certaines mauvaises langues qui doivent êtres anglaises sans nul doute) même si je crains de ne devoir être très patient :-S

    J’espère que les festivités ne vous ont point empêché de vous soumettre à votre échauffement matinal le lendemain afin de satisfaire la vue et la curiosité d’un lectorat toujours aussi enthousiaste et délirant.

    PS: vous avez quand même un côté viking sur la photo sieur Mivillson :D

    27 oct 2008 at 7:46

  2. Oui, hélas, force m’est de le reconnaître: la France a cela de regrettable qu’elle est peuplée de Français. On n’a encore rien trouvé pour remédier à cet état contrariant, que je sache. Néanmoins, l’expérience m’a appris que si l’on parvient (au prix d’un effort minime), à faire abstraction de ce léger défaut, elle est encore bien douce. Et comme rien n’est jamais totalement noir ou blanc quand il s’agit de nature humaine, je précise d’emblée que j’ai de très bons amis “aux quatre coins de l’Exagone”.
    Viking? Ah, mais c’est des côtés allemand et suisse qu’il faut chercher mes lointains ancêtres…
    Quant à un éventuel passage au pays des fromages puants, je ne puis encore préciser quand cela aura lieu. Peut-être à l’occasion de la parution du cinquième tome de Millénaire, mais je ne mettrais rien à couper là-dessus. Car avec la situation “en redressement” des Humanos, je serais étonné qu’ils se ruinent à importer un Québécois; ces marchandises de luxe coûtent la peau des fesses!

    27 oct 2008 at 8:34

  3. kofuskay

    Grande est ma déception que vous ne proposâtes point de venir rencontrer vos amis francophones en usant de vos remarquables biceps à la Arnoulf pour ramer en notre direction sur votre tout flamboyant drakkar.

    Cette invasion serait sans nulle doute beaucoup mieux appréciée que celle de vos trop nombreuses chanteuses (surement attirées par le fumet exquis de nos divers produits laitiers).

    Le peuple français prendra ainsi son mal en patience mais si jamais cette situation à la limite de l’incident diplomatique devait perdurer dans de trop sinistres proportions, des représailles sans communes mesures seraient envisagées telles que l’exportation massive du fleuron de notre patrimoine alimentaire au sein de votre, pour le moment, si charmante contrée :-D

    28 oct 2008 at 2:37

  4. Cher Kofuskay ou quel que soit votre nom,

    Vous me trouvez ce jour fort contrit par la détresse que ma paresse (m’incitant à demeurer terré en mon repaire) vous inflige et vous me voyez consterné que vous dûssiez en venir à de tel extrémités. Bon, s’il le faut vraiment, s’il n’est d’autre alternative, assénez-nous vos laitages déments! Mais par pitié pour nos enfants, épargnez-nous les productions corses: elles risqueraient d’exploser et de faire moult victimes innocentes. Les Saint-Morgon et Pont-l’Éveque, par leurs arômes dévastateurs, ont déjà fait trop de veuves et d’orphelins dans nos grands espaces sauvages et indomptés.

    Quant aux chanteuse québécoises, n’ayez crainte que je ne m’offusque et ne comptez pas sur moi pour les défendre ou les vanter: je ne prête mon ouïe sélective qu’à Brassens, Ferrat, Moustaki et à ceux (dont beaucoup sont décédés, hélas) chez qui fleurit la chanson française dans ce qu’elle a de plus admirable.

    28 oct 2008 at 10:08

Trackback URI | Comments RSS

Répondre