Pain bénit. Oui, oui!…

Écrit par francois le 27 mai 2016 | Projets variés, Reconquête |

Moi, vous me connaissez, sans avoir quoi que ce soit en commun avec quelque béni-oui-oui que ce soit, je suis bon comme le bon pain (au levain, bio, et bourré de grenaille favorable au transit intestinal; quand même, faut être conscient de sa valeur). Ainsi, regardez-moi cette manne inespérée qui vous tombe dessus comme la misère sur le pauvre monde. Profitez-en, c’est ma fournée!

tracé du sujet sur la toile.

tracé du sujet sur la toile.

Idem.

Idem.

Application de la couche de fond colorée (peinture à l'huile fortement diluée).

Application de la couche de fond colorée (peinture à l'huile fortement diluée).

Couche de fond colorée, détail.

Couche de fond colorée, détail.

Couche finale à l'huile.

Couche finale à l'huile.

7 commentaires pour l'instant

7 réponses to “Pain bénit. Oui, oui!…”

  1. kofuskay

    Je reconnais bien là votre grandeur d’âme qui n’a d’égale que le rayonnement de votre talent mon vénérable astre du 9e art qui en deviendrait le 1er uniquement de par la précision de vos traits et la grâce de vos arabesques vous si vous n’étiez pas entouré de jaloux à la mesquinerie aussi profonde que les chutes du Niagara (selon mon adorable moitié aussi flagorneuse que moi et ce n’est pas peu dire).

    Indiscutablement vous êtes un magicien à la baguette lumineuse et étincelante.

    Eblouissez-nous jusqu’à nous en rendre aveugle de béatitude.

    31 mai 2016 at 3:06

  2. Jean-Damien

    Merci, merci, mille mercis Ô votre grandeur, pour tous ces dons je vous salue bien bas.
    Le misérable ver de terre que je suis, oserait-il vous questionner sur l’influence de Jean Ferrat ou George Brassens dans le processus créatif? …

    04 juin 2016 at 5:10

  3. Rutger

    Another great work of art…

    What happened to your art sales section Francois? I hope I havent been saving up for nothing…

    Best,

    Rutger

    14 juin 2016 at 8:17

  4. Jean-Damien,

    je serais incapable de dire si Tonton Georges ou Ferrat ont pu influencer ma production artistique. Il faut bien avouer que les thèmes que j’illustre ou mets en bandes dessinées ont peu à voir avec leurs œuvres respectives; ils auraient davantage de points en commun avec celles de E.R. Burroughs ou R. E. Howard…
    Je pense, en fait, que c’est davantage dans ma vision de la vie en général et dans ce que je transmets à ma progéniture que l’essentiel de leur vision du monde et de leur esprit critique passe d’une génération à la suivante.

    Au plaisir,

    François M.-D.

    14 août 2016 at 5:56

  5. Kofuskay, cher Kofuskay,

    Vous êtes incorrigible…

    14 août 2016 at 5:57

  6. kofuskay

    Beaucoup ont essayé pour finalement y perdre énormément de temps et d’énergie.

    16 août 2016 at 5:02

  7. Jean-Damien

    En tout cas tome 4 arrivé, lu, dévoré plutôt et relu, encore relu, épluché. quel régal!
    Quelle épopée! Ces 4 tomes sont dans mon petit panthéon personnel. Dès que je tourne les pages, c’est immédiat, mon imagination s’envole, j’y éprouve le même plaisir que lorsque je relis le Salammbô de Flaubert. Comment expliquer cette alchimie entre le récit et le dessin? je ne sais pas, mais merci pour ces bons moments.

    30 sept 2016 at 3:24

Trackback URI | Comments RSS

Répondre